LES CARNETS DE BORD JAPONAIS

Initiés par le webzine Citizen Jazz, les carnets de bords de Rhizottome au Japon ont été publiés en ligne au fur et à mesure de notre résidence à la Villa Kujoyama. Ces petits journaux quotidiens se sont donc écrits au fil de l’automne 2015.

A l’occasion de notre temps de travail au TAP avec le projet Niwashi no Yume – issu entre autres de ces recherches en terre japonaise – nous proposons ici une réécriture sonore de ces carnets. Des images glanées au passage viendront sobrement accompagner l’écoute.
Rencontres musicales, amitiés naissantes, processus de création et anecdotes parfois cocasses, ce récit de voyage révèle en quelques moments choisis ce qui s’est tramé pour nous lors de cette aventure. Il pourra même offrir quelques clefs d’écoute au double-album autoproduit « Niwashi no Yume/Nenashigusa » qui sortira le 12 janvier 2017 à l’occasion du concert au TAP – Théâtre Auditorium de Poitiers.

L’intégralité des carnets – version texte et images originelles – est disponible en ligne sur le site de Citizen Jazz.

Chapitre 1 : Fin de l’été | Échafaudage – 15 min

Chapitre 2 : Coeur de l’automne – 10 min

Chapitre 3 : Début de l’hiver | Grands jardins – 11 min

Réalisation vidéo et édition sonore : Armelle Dousset
Prise de son et mixage : Matthieu Metzger
Voix : Pierre-Hervé Jacquemin, Armelle Dousset et Matthieu Metzger.
Textes : Rhizottome
Musiques : Rhizottome et invités.

Crédits détaillés dans le générique final (fin du Chapitre 3)

20151118_TAMANGO_MURAYAMA_ORG_212_MG_038520151118_TAMANGO_MURAYAMA_ORG_236_MG_0468à Urbanguild, Kyôto © Shimpei Murayama
biwako hall_crédit Machiko Arikiau Biwako Hall, Shiga © Machiko Ariki
akai
3avec Tokiko Ihara à Nara © June Aoki
10409545_10153815562868627_2993071403051639680_navec Reiko Imanishi à Urbanguild, Kyôto © Kaori Yossi Yoshimoto
DSC_4293DSC_4315DSC_4287avec Reiko Imanishi & Akito Sengoku (niwashi no yume) à la Villa Kujoyama © Arnaud Rodriguez
reiko
Publicités

辻斬リ- tsujigiri -「庭師の夢」niwashi no yume | rehearsal

「庭師の夢」プロジェクト、リハーサルより抜粋

Excerpted from 「庭師の夢 (the gardener’s dream)」 rehearsal at Villa Kujoyama, Kyôto, September 2015.

Inspired by Kenreimon-in Ukyo no Daibu’s poetry as well as by the meaning of its title (tsujigiri*), the main part of this tune composed by Reiko Imanishi is improvised : here is one version among others.

This is a DIY video whose images come from japanese excursions : a piece of Biwa Lake, folk dances, a few samurai found on our path, everything set against the background of daydream landscapes from some Shinkansen.

A kind of alternative journey diary where we intended to crystallize a piece of this autumn. By the way in this particular case colors of the season are merged with the red of blood.

*Tsujigiri (辻斬リ – literally ‘crossroads killing’) is a Japanese term for a practice when a samurai, after receiving a new katana or developing a new fighting style or weapon, tests its effectiveness by attacking a human opponent, usually a random defenceless passer-by, in many cases at nighttime.

 

……………………………………………..

Extrait d’une répétition de 庭師の夢 – niwashi no yume (le rêve du jardinier) à la Villa Kujoyama, Kyôto, septembre 2015.

Inspiré à la fois par un poème de Kenreimon-in Ukyo no Daibu et par son titre (tsujigiri*), ce morceau composé par Reiko est en grande partie improvisé : en voici une version parmi d’autres.

Les images quant à elles, sont un bricolage de quelques petites excursions entre deux temps de travail : un peu de lac Biwa, des danses traditionnelles, quelques samouraïs croisés sur la route, le tout sur fond de rêveries paysagères en direct du Shinkansen.

Un alter carnet de route, sorte de cristallisation possible -et à chaud- d’un pan de l’automne, où les couleurs de ladite saison se rallient à celle du sang.

*Tsujigiri (辻斬リ) est un terme japonais pour désigner une personne qui, après avoir reçu un nouveau katana teste son efficacité en s’attaquant à un adversaire humain.